En quoi les trois Grands Tragiques grecs sont encore nos contemporains ?

On n’en finit pas avec Eschyle, Sophocle et Euripide, dont on sait si peu, dont on apprend si fort. Ils parlent de loin, mais ils parlent de ce qui est loin – l’humain, ce chantier, toujours à représenter parce que toujours à recommencer.

  • Conférence 1 - Eschyle, Les Perses (-472 av. J.-C.)
    On emploie le terme de Scène primitive pour parler de notre psychisme. Peut-on penser sous le même appareil notre vie intellectuelle et voir dans Eschyle la Scène primitive de notre culture ? (52 min)

  • Conférence 2 - Eschyle, Les Bienveillantes (-458 av. J.-C.)
    Comment la tragédie apporte sa puissance d'interrogation et de modélisation à des événements passés ? (75 min)

  • Conférence 3 - Sophocle, Antigone (-442 av. J.-C.)
    La jeune fille et la mort. Quel est le droit au bout de la guerre des droits ? (82 min)

  • Conférence 4 - Sophocle, Œdipe à Colone (posth., -401 av. J.-C.)
    Requiem pour le maudit. Quelle est la paix au bout de l'indéfini des douleurs ? (77 min)

  • Conférence 5 - Euripide, Médée (-431 av. J.-C.)
    Le cri de la monstre. Tourments et errements d'une femme en travail. (86 min)

  • Conférence 6 - Euripide, Iphigénie (-406 av. J.-C.)
    Le chant de la vierge pour arrêter le bras des égorgeurs. (80 min)